Blog à la campagne

04 avril 2019

Moi, les belles filles, émoi, les belles filles et moi.

tumaimes?

Dans la vraie vie, je connais beaucoup de monde et j’ai beaucoup d’amis. C’est un fait, je ne dis pas cela pour me rassurer ou par fierté, bien que je sois fier de la plupart de mes amitiés.

Sur les réseaux sociaux, j’ai encore plus d’amis avec mes nombreux profils Facebook, instagram ou twitter, même si cela reste très fictif. Ce qui est étonnant (et pernicieux) avec cette recherche de renommée, de « like » ou de « j’aime », c’est que même en ayant du recul par rapport à son fonctionnement faussé, on désire invariablement l’approbation des autres et surtout on ose les comparaisons. Et à partir de cette quête permanente, on ne peut que constater l’étonnante hiérarchie (et disparité) de cette course au « like » dans ce monde étrange de modèles tatouées où tous les ciels sont bleus, les paysages extraordinaires et les plats succulents.

La belle fille et l’animal de compagnie sont les deux valeurs sûres au baromètre des tendances sur les réseaux sociaux. Concernant la belle fille (je suis photographe), certaines règles sont à respecter. Il faut que cela soit elle qui poste sa photo sur son compte. Si je poste une photo d’une modèle, j’aurai au mieux quelques dizaines de « j’aime ». La modèle poste la même photo d’elle et c’est forcément multiplié par 4 ou 5, voire beaucoup plus selon son statut (modèle reconnue, actrice X, etc.).

Certaines écrivaines ou journalistes l’ont bien compris et agrémentent leurs publications « sérieuses » d’une photo d’elles. D’autres femmes tirent également leur épingle du jeu en mettant des photos de femmes sensuelles ou dénudées qui ne sont pourtant pas elles, vous souhaitant une bonne journée ou une bonne soirée en fonction de l’heure.

Et quand une belle fille tient un propos sur Facebook, c’est une avalanche de « likes » et les hommes sont tous d’accord, même sur le féminisme, surtout sur le féminisme… Il n’y a jamais eu autant d’hommes féministes que sur les réseaux sociaux et si, par pur esprit de contradiction, vous mettez en doute ou trouvez le propos de la belle un peu creux, tous ces hommes vont vous tomber dessus, car ils sont féministes mais aussi harceleurs en alternance. Certains sujets sont de toute manière à éviter : le féminisme, l’homosexualité, les gilets jaunes ou la politique en général. À moins d’avoir envie de partir dans des argumentations sans fin et qui ne feront plaisir qu’à vous.

Je suis également fasciné par le trafic que peuvent générer les blogueuses maquillage et mode ou celles que l’on appelle les influenceuses. Certaines se prennent en photo en train de faire du yoga, de lire un livre, de manger un plat à base de quinoa ou de présenter leur nouvelle montre tendance et c’est du 5 000, voire 10 000 « j’aime ».

Vous allez penser que je suis jaloux ? En quelque sorte, oui. Je parle en mon nom mais surtout aux noms des artistes, femmes et hommes, qui produisent des images, photos, dessins, sculptures, ; des œuvres originales souvent maigrement récompensées de quelques « likes ». Là aussi, les femmes artistes plutôt jolies qui se mettent en scène dans leur atelier ou à l’occasion d’exposition s’en sortent mieux au niveau de la visibilité sur le web. L’affirmation d’Andy Warhol en 1968, qu’« À l’avenir, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale. » est largement vérifiée et dépassée avec les réseaux sociaux.

Faire le buzz peut s’avérer une activité lucrative paraît-il. J’ai du mal à le croire, mais en ce qui concerne mon ego – notre ego à tous — sur les réseaux sociaux et dans notre vie connectée en général, je recommande la lecture de ces deux livres qui font bien réfléchir :

 

Mathias Roux : La dictature de l’ego

 

Mona Chollet : Beauté fatale

26 janvier 2019

Photos d'archives

En retrouvant de vieilles diapos, je me suis remémoré cette histoire :

En 1985, un groupe passait en concert au casino de Saint-Aubin sur mer (qui était alors une boite de nuit). Le groupe avait sans doute été programmé avant le tube interplanétaire qui venait de le faire connaitre car le patron avait augmenté à 100 francs (= 15 €) le ticket d'entrée.Il avait changé le prix à la main à l'aide d'un feutre sur chaque ticket, si bien qu'avec mes deux copines (les jumelles qui se reconnaitrons si elles lisent ce post), nous n'avions plus suffisamment d'argent pour payer l'entrée.

Devant notre mauvaise humeur, la chanteuse est venue nous voir pour nous demander ce qui n'allait pas. On lui a expliqué le problème et elle a aussitôt été voir le patron et l'a menacé de ne pas jouer si on ne payait pas le prix d'origine. Grâce à Catherine Ringer, cette grande dame de la chanson, nous avons pu voir le concert de ce merveilleux groupe qu'était les Rita Mitsouko.

Rita-Mitsouko

Rita

Posté par xap_L à 12:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 décembre 2018

Bilan photographique.

Comme chaque année, je finis avec 12 photographies faites cette année 2018. A chaque fois, je pense que j'ai moins photographié que l'année précédente, mais c'est difficile à évaluer. Ce qui est sûr, c'est que cette année je n'ai pas exposé mes photographies et que, par conséquent, j'ai été peu visible. Surtout que les réseaux sociaux se ferment de plus en plus aux nus. Le dernier à avoir changé sa politique sur la nudité est tumblr, ce qui fait que j'ai dû supprimer mon compte. J'hésite à recréer un site/portefolio dédié à mes nus et autres photos censurées. En attendant, j'ai refait un dossier pdf à destination des galeries. En attendant mieux…

Censure

Toutencarton

Queuedecheval

Kateforcharlie19

Lescopinesx3

Natte

Ste-Fanny2

EyesWideShut

tigre-blanc

PaulineS7

CamilleVdouble

penderie

Posté par xap_L à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2018

Espionnage industriel

J’aurais pu intituler cet article : on n’est pas des chiens.

 Félicie-recto-verso

Voici une petite histoire. On nous a confié un chien, plutôt une chienne d’ailleurs, qui s’appelle Félicie. Ce magnifique braque de Weimar a 7 ans et le gentil propriétaire nous l’a apportée avec tous ses accessoires (panier, brosse, antipuces, carnet de santé et même sac de croquettes). Pour l’instant, je n’ai fait aucun achat concernant cette chienne. Pourtant, très rapidement, j’ai commencé à avoir sur mon profil Facebook des publicités très ciblées avec… Un braque de Weimar…

Capture d’écran 2018-12-13 à 21

Je ne suis pas paranoïaque de nature, mais j’ai tout de même commencé à chercher d’où venait la « fuite ». J’ai demandé à ma fille si elle avait fait des recherches sur sa tablette ou son téléphone sur les braques de Weimar, mais non m’a-t-elle certifié, juste quelques photos envoyées par e-mail.

Capture d’écran 2018-12-13 à 21

Bon sang, les photos, bien sûr ! Je n’arrête pas de photographier Félicie et en poste certaines sur Instagram et Facebook. Je me demande si le réseau social (en fait, Instagram appartient à Facebook) a le moyen technique d’analyser mes images et de m’envoyer une publicité à ce point ciblée ? Si je photographiais un épagneul ou un teckel, aurais-je une publicité avec ces races de chien ?

Capture d’écran 2018-12-13 à 21

On sait que la collecte des informations privées est le fond de commerce des réseaux sociaux et il est facile d’en apporter la preuve, mais j’ai appris avec stupéfaction que les gouvernements européens, avec Macron en tête, veulent confier la surveillance du net à Facebook et autre google. Donner la surveillance du net a des sociétés privées américaines qui nous surveillent déjà, nous censurent à l’occasion et ne paient pas d’impôts à leur juste mesure, c’est assez stupéfiant. C’est un peu se tirer une balle dans le pied et au niveau sécurité, ça serait comme confier la gestion des barrages à des sociétés privées. (Oooops ! Ça aussi l’ultralibéral Macron veut le donner à ses riches amis.)

Ce qui est paradoxal avec cette mesure, c’est qu’on espionne le citoyen sous prétexte de risque de terrorisme et de transparence, mais par contre on bloque toute velléité d’enquête sur les sociétés avec la loi dite « secret des affaires ».

Une fois de plus, comme pour les impôts, comme pour l’écologie, les lois et les contraintes sont pour les citoyens lambda. Les multinationales et les milliardaires peuvent dormir sur leurs grandes oreilles, Macron reste un bon chien chien du capitalisme ultralibéral.

 Vidéo à propos de Facebook

 

 

01 décembre 2018

Fake, troll et autre imposteur.

Par moments je trouve que les gens sur les réseaux sociaux et en particulier Facebook sont bizarres.

Depuis quelques mois, je suis ami avec une certaine Lise Sarail.

LiseSarail1

D’entrée de jeu et au vu de ses photos, je sens le profil bidon, mais je laisse faire puisqu’il en existe tellement d’autres et que c’est juste du ressenti sans aucune preuve.

Un jour, via messenger, la jolie Lise essaie de me vendre une galerie d’art en ligne. Comme je fais également partie d’Art compulsion et des Créacteurs, j’essaie d’échanger avec celle qui se présente comme une amoureuse désintéressée des arts et qui pourtant ne semble pas y connaître grand-chose. Mais non, ce que je fais ou lui présente ne l’intéresse pas. D’ailleurs pour être franc, je ne suis pas sûr qu’elle ait regardé. J’abandonne alors toute tentative d’échange, mais me pose de plus en plus de question sur cette « manageuse à Auchan ». Son profil n’apparaît qu’aux heures de bureau, fait la promotion d’événements dans sa région bordelaise et est ouvertement anti gilets jaunes qui, selon elle, risquent de mettre en péril le commerce en France.

Mais peu importe, j’ai plus de trois mille amis sur mes deux profils, ce qui est assez ridicule, j’en conviens car je n’en connais pas 20 %. Ce qui n’empêche pas d’avoir de vraies discussions avec certains.

Quelques mois plus tard, la belle revient à la charge toujours par messenger pour me vendre un musée cette fois-ci. Je lui dis que c’est très gentil, mais que même si c’est culturel, cela reste encore quelque chose qu’elle essaie de me vendre. Et j’ajoute que je ne la juge pas, mais que j’ai des doutes sur sa véritable identité et que je ne comprends pas très bien ses motivations.

Je fais ici un aparté pour expliquer que certaines motivations des internautes (qui se présentent sous une fausse identité) sont très faciles à repérer et à comprendre. Sur les sites de rencontres, le brouteur est là pour vous soutirer de l’argent. Sur le forum, le troll perturbe son fonctionnement ou dénigre les autres, un mouvement, un parti… etc. Le fake, c’est une personne qui exagère, détourne l’info ou la sort de son contexte. Une technique très utilisée par l’extrême droite.

Mais on trouve également des femmes qui piquent les photos (parfois à des mannequins, modèles ou actrices) pour recevoir les likes et compliments des hommes. Déjà là, cette démarche est assez étonnante et j’avoue avoir du mal à en comprendre la motivation profonde, puisque les compliments s’adressent forcément à quelqu’un d’autre.LiseSarail2

Mais revenons à Lise Sarail. Je lui écris que je me fous de savoir si elle s’appelle en vrai Bruno, Ahmed ou Jennifer, que je ne la juge pas, mais que je ne comprends pas très bien ses motivations, puisqu’elle m’assure qu’elle ne ment pas sur sa personne et ne vend rien, juste sa passion pour l’art…

La belle se fâche et me dit que je suis timbré et que je m’appelle peut-être Georges. Ni une, ni deux, je fais une petite recherche et je lui envoie les résultats.Alisonbrooks

Elle ne répondra pas et bloquera mon profil comme l’a fait avant elle Aude Lys.

AudeLys

Des femmes qui aiment les likes et les compliments, mais pas la contradiction.

 Et après on dit que les hommes sont tous des pervers narcissiques… ;-)

18 novembre 2018

Autosatisfaction ou l’autocélébration par les réseaux sociaux.

 

XL-PhareIl ne faut pas croire que les réseaux sociaux sont uniquement un mur des lamentations, c’est également le magnifique lieu de l’autocélébration.

 Hier, Facebook m’a proposé de célébrer « La photo de Xavier la plus aimée sur Facebook en 2009 ». Après avoir hésité et sans enthousiasme, j’ai accepté de mettre cette animation assez ridicule sur mon mur en me disant que cela ferait un peu de publicité pour mes photos.photoaimée

Juste après cette publication, je me permets un commentaire ironique sur le mur Facebook du profil « Aude Lys ». Cette femme (a priori) poste plusieurs fois par jour des photos sexy qui ne sont pas d’elle et que, vraisemblablement, elle pique sur le web sans d’ailleurs jamais n’en donner la provenance ou même l’auteur. Elle agrémente la publication d’un texte court et percutant parfois en rapport avec l’actualité ou sa photo. S’ensuivent des commentaires en grande majorité d’hommes qui vont du « Bébé, t’ai tro belle. Sai kan tu veu » à des choses beaucoup plus intelligentes et poétiques fort heureusement.

Je me permets un commentaire ironique un peu méchant du genre « le tissu sur la photo est aussi léger que la syntaxe des commentaires ». La réaction est immédiate, la dame sexy me bloque et m’élimine de ses amis flagorneurs puisque je ne rentre ni dans le jeu, ni dans le troupeau. Ce n’est pas un problème en soi puisque je l’ai bien cherché.Aude Lys

Par contre, sa réaction fait me poser plusieurs questions en mon for intérieur : Quelle satisfaction en tire-t-elle surtout qu'elle ne met pas ses propres photos ? Et plus généralement que recherche-t-on à publier tous les jours sur les réseaux sociaux ?

D’abord, il y a les artistes comme moi qui recherchent une visibilité. Nous mettons nos œuvres originales (peintures, photos, créations…) en espérant qu’elles soient aimées, likées et même copiées sans d’autres blogs dédiés à l’art. L’exercice, très aléatoire, a ses limites. Cela demande un vrai travail de fourmi et les goûts en matière d’image des followers sont difficiles à deviner. J’ai toutefois remarqué de meilleures audiences dès qu’il y a des nus ou un peu de Q. 

Il ne faut pas se faire d’illusion…

Cul-blanc

D’ailleurs mes meilleurs scores sont sur mon tumblr qui ne souffre pas de la censure comme Facebook ou instagram.

La plupart du temps, la popularité existait avant. C’est le cas de Sasha Grey, l’ancienne actrice X qui flirte régulièrement avec les 200 000 likes (parfois presque 500 000) sur son instagram. Elle donne l’impression que n’importe laquelle de ses photos marche, qu’elle pourrait être sur un WC, cela ferait de l’audience. (C’est même un très mauvais exemple, c’est évident que cela marcherait encore mieux).

Julie Valmont, autre actrice X française que j’ai eu la chance d’avoir comme modèle, a plus de 46 000 abonnés qui suivent son twitter. Elle l’entretient quotidiennement en postant des photos coquines d’elle, comme le font la plupart des actrices X en couplant Facebook, Twitter, instagram et snapchat qui s’adressent à différentes générations (des plus vieux aux plus jeunes dans ce sens). Il y a aussi les jeunes femmes qui ne sont pas vraiment dans le milieu X, mais qui ont des snapchat ou des sites avec leurs vidéos privées qu’elles partagent contre un abonnement payant, mais difficile de connaître leur audience qui reste un secret bien gardé. Et également toutes les modèles photos, comédiennes, danseuses, en quête d’audience comme tout le monde ou parfois juste de compliments. Celles-ci peuvent être atteintes de selfitis et poster 300 fois le même autoportrait (selfie) avec quelques variantes au niveau des filtres ou des oreilles de chien ou de bambi.

Sur instagram est apparu une nouvelle race de jeunes blogueuses qui allient mode, voyage, sport, alimentation. Les ciels de leurs photos sont toujours bleu azur. Elles ont de beaux vêtements, de belles montres et ne semblent vivre qu’en bord de mer, ne manger que des plats vegan et esthétiques à base de quinoa et d’épices colorées.

Il y a beaucoup moins d’hommes dans cette course au « like », hormis les photographes et les artistes, mais mêmes eux mettent la plupart du temps des images de femmes…

Voire de Q… ;-)

fesses-steph

 

 

04 novembre 2018

La cité radieuse.

 

 

 

citéradieuse2

La cité est selon son étymologie le « territoire dont les habitants se gouvernaient par leurs propres lois, corps des citoyens ». Pour Platon, la cité est une société idéale gouvernée par les philosophes. Agrippa d’Aubigné en fait également référence dans « Les Tragiques » (il faut bien qu’il reste quelque chose de mes études de lettres…).

En ces temps un peu sombres où les dictatures succèdent aux démocraties et où un ultralibéralisme mondialisé et effréné va finir par achever notre pauvre planète Terre (ou sans doute l’humanité bien avant), j’ai visité la cité radieuse de Le Corbusier, un rêve d’enfant…citéradieuse3

A l’heure où 53 % de la population mondiale vit en ville, souvent dans des conditions difficiles, il est agréable de visiter un « logement social » qui a été pensé pour le bien-être de ses habitants. Certes, il est évident que le lieu s’est « boboïsé » (bien que la notion de bobos aille mieux à Paris qu’à Marseille. D’ailleurs notre capitale vient de dépasser Tokyo et se retrouve à la troisième place des villes les plus chères après Londres et New York.)

citéradieuse4Avec cette cité radieuse, on découvre une vision devenue utopiste du bien vivre ensemble, à notre époque où l’on désigne en permanence des boucs émissaires à notre mal de vivre et où notre société s’émiette en communautés et autres groupes d’intérêt incapables de partager quoi que ce soit.

Une bulle de quiétude dans la ville…citéradieuse1

Posté par xap_L à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 octobre 2018

Les pesticides killers

 

affichecoquelicots

J'attendais d'avoir fini de lire le livre de Fabrice Nicolino et François Veillerette pour partager cette urgence.

Le constat de ce petit livre est sans appel, il raconte et démontre comment le lobby industriel des pesticides empoisonne la population, la faune et la flore depuis des décennies avec l'aide des politiques et de la FNSEA. Mêmes techniques d'enfumage, d'intimidation que pour l'amiante ou le tabac pour contrer les contre-études ou retarder au maximum les tentatives d'interdiction de cet empoisonnement généralisé.

Ces gens-là tuent beaucoup plus que le terrorisme sur notre territoire et ne sont jamais inquiétés. Seul un mouvement citoyen de masse pourra les contrer.

Rejoignez "nous voulons des coquelicots".

Posté par xap_L à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 octobre 2018

Réseaux sociaux ou rosé social ?

 

Le-bain-de-mer

La vie est une affaire de choix disait Pierre Desproges dans l’introduction d’un de ses sketchs. Fromage ou dessert ? Résistance ou collaboration ?

 

Avec cet été qui n’en finit plus et le réchauffement climatique pas désagréable à notre petit niveau, j’ai eu l’impression fugace et non quantifiable d’être moins présent sur les réseaux sociaux. Même s’il m’arrive d’avoir mon mobile à portée de main pour faire une photo sur instagram, j’ai plus été sur ma terrasse avec mes amis à boire du rosé qu’en ligne.

 

Je dois même avouer une certaine lassitude pour les réseaux sociaux et les complaintes égotiques de ses membres (dont je fais partie, bien évidemment).

 

Si nous créons notre monde et notre vie (« Le monde est notre interprétation » dit Schopenhauer et Franck Lopvet parle, lui, de coquilles vides que nous remplissons), il en va de même pour notre monde virtuel. C’est ainsi que les algorithmes de Facebook, instagram, tumblr et autre google me font fréquenter en majorité des artistes, des modèles, des coachs ou thérapeutes de toutes sortes, parfois bien barrés. Peu de pro Macron dans mes relations, mes tendances sont nettement spiritualo-écolo-bio-bobo-gaucho et cela se ressent dans mes interactions.

Donc quitte à fréquenter des gens qui me ressemblent, autant le faire en vrai autour d’une table et devant un verre, ou pour une partie de pétanque.Censure

 

L’autre raison de cette lassitude est la constante censure concernant la nudité même très académique. Hormis Tumblr, il est impossible de montrer un bout de téton sur les réseaux sociaux. Toutes les images finissent par devenir lisses et identiques.

Je viens justement de refaire mon dossier photo à destination des galeries et sur 54 photos, seules trois ou quatre sont susceptibles d’être postées sur Facebook ou instagram.

 

Donc autant les montrer à mes amis qui les apprécient, tout en buvant un verre de rosé… CQFD.

Posté par xap_L à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 septembre 2018

Aller se rhabiller.

 

penderie

 

Je ne sais pas si mes fidèles "suiveurs" (followers dans le texte) s'en sont rendus compte, mais je ne mets plus du tout de nus sur facebook ou instagram. Après tous les ennuis que j'ai eus sur les réseaux sociaux et même pour certaines expositions, cela ne servait à rien de s'entêter et combattre des moulins.
tigre-blanc
(lire sur mon blog :

EyesWideShut

Pourtant je continue à photographier des nus, mais je les réserve pour mon book en ligne ou ma page tumblr. De même, je continue à faire certains tirages car je ne désespère pas exposer un jour dans un lieu ne connaissant aucune censure et où les organisateurs n'auraient que faire de cette vague actuelle de puritanisme.

Posté par xap_L à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,