Blog à la campagne

16 juillet 2018

Champions du monde

LadyC3

Il ne vous a pas échappé que nous sommes champions.

 

De quoi ? Diront certains esprits chagrins.

 

 De la corruption ? Non, notre classement est toujours le même à les 23e place mondiale et la 11e en Europe selon Transparency International. Et cette fois-ci la Croatie nous bat avec sa 19e place européenne et sa 57e place mondiale.

 

 Peut-être pour l’utilisation de produits chimiques en agriculture ? Et non, nous sommes juste champion d’Europe avec nos 66 millions de tonnes (66 659 millions), loin derrière les États Unis (500 millions de tonnes) et parfois au coude à coude avec l’Inde selon les années. Encore raté !

 

Cherchons plutôt du côté de l’excellence française : le nucléaire. Avec 58 réacteurs, nous sommes encore derrière les États Unis (99 réacteurs), mais si la France ne possède donc pas le plus important parc de réacteurs, il s’agit du pays où l’énergie nucléaire occupe la part la plus importante dans le mix électrique devant la Slovaquie (54,1 % d’électricité d’origine nucléaire), L’Ukraine (52,3 %) ou la Belgique (51,7 %, que l’on bat une fois de plus… ;-)) et la Hongrie (51,3 %).

Donc champion du monde pour le nucléaire : 1-0

 

Une autre fierté nationale est notre nombre d’élus. Nous avons un mandat électif pour 104 habitants, ce qui est beaucoup mais certains de ces élus (les conseillers municipaux) le sont de manière bénévole. Toutefois, les élus locaux nous coûtent tout de même 1,2 milliard d’euros et le taux de représentation des parlementaires en France est quatre fois et demi-supérieur à celui des États-Unis, par exemple.

Mais fort heureusement grâce à notre spécificité du cumul des mandats, cela donne moins d’élus à l’arrivée. Car un autre domaine où nous sommes les champions incontestés du monde est le cumul des mandats : 2-0.

 

Champion du monde, une fois de plus…

Posté par xap_L à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 juin 2018

Faites votre père.

Il existe certains anniversaires que l’on a peu envie de souhaiter. C’est le cas pour ce 18 juin de demain dont, depuis l’année dernière, je n’associe plus à l’appel du général de Gaulle, mais à un autre événement plus tragiquement personnel.

Toutefois pour rester positif en ce jour de fête des Pères, mes pensées vont vers mes enfants, car si je suis père comblé, c’est grâce à mes deux merveilleux enfants (et bien sûr à leur mère qui nous manque à tous les trois).

 

J’avais envie de poster ici deux courts poèmes que j’ai écrits pour eux, il y a quelque temps. J’en profite également pour annoncer que j’ai sorti en e-book un recueil de mes premières poésies : Autopsy d’un désespéré.

 

Merci Jeanne et merci Augustin, vous faites votre père au fil des jours. Et merci Agnès, où que tu sois, de m’avoir fait de si géniaux enfants.

 

augustin&Jeanne

 

Missive de ton permissif

 

Mon fils, souviens-toi

De mes saillies, de mes traits d’humour débile

Et de mes câlins parfois malhabiles.

Souviens-toi aussi de mes yeux noirs fatigués,

De mon côté permissif et père largué ;

Dis-toi que quand je manquerai à l’appel

C’est le jour où je deviendrai immortel

Et surtout que je serai toujours là pour toi…

 

                                                                                    Décembre 2009

 

 

La petite nénette ne s’en laisse pas conter

Et elle te laissera à ta place escomptée

La fille à son papa ou plutôt l’inverse

De son amour qui doucement te renverse.

 

 

                                                                                    Décembre 2017

 

 

 

Posté par xap_L à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2018

Inspiration/respiration

Il existe des moments dans la vie où il faut prendre son temps pour réfléchir sur sa vie justement. J’ai remarqué depuis quelque temps que je photographiais moins et que j’écrivais moins ; une sorte de manque d’inspiration plus que de motivation.

Depuis le début de l’année, je n’ai fait que deux séances photos et le mauvais temps n’y est pour rien puisque je possède un studio photo avec tout le matériel nécessaire.

J’ai également arrêté mes romans en cours, alors que j’ai tout le temps d’écrire. Par contre, je suis très inspiré pour écrire des poèmes à ma nouvelle amoureuse, c’est déjà ça. Et là je suis sans doute très motivé…

 

N.B. Mon amoureuse si tu me lis, je parle de toi… ;-)

 

Loin de me faire culpabiliser, cette période de flou artistique est une aubaine pour me recentrer, prendre du temps pour moi, lire, profiter de mes amis et de mes enfants. Je sais que l'on peut mourir demain.

La semaine dernière, alors que nous jouions à la pétanque avec l’ami Nicolas au soleil en écoutant le chant des oiseaux, j’ai pensé à tous ces gens qui travaillaient dur, qui étaient peut-être dans les embouteillages, qui s’inquiétaient de ne pas avoir atteint leur objectif du mois.

Et je me suis dit en mon for intérieur : quelle chance j’ai…

 

laprunelle

Posté par xap_L à 10:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 mars 2018

Les voir en cartes postales.

Jeudi dernier , je racontais à Anne ma chère Anne, qu'il y a fort longtemps, j'avais signé un contrat pourri en flamand (et anglais tout de même, mais une traduction minuscule) avec Art unlimited, un éditeur de cartes postales d'Amsterdam, mondialement connu dans les années 80 et 90.

carte-postale-artunlimited

Cette carte, je l'ai retrouvée partout à Londres, New York, Paris… Il faut dire qu'à l'époque je voyageais beaucoup plus qu'aujourd'hui. Art unlimited ne me tenait pas trop au courant du volume des ventes, mais je découvrais plusieurs fois cette carte chez différents amis qui ne savaient pas que j'en étais l'auteur.

Une amie belge parlant flamand se pencha sur le contrat que j'avais signé et m'apprit qu'il fallait que je mandate un expert comptable néerlandais si je voulais avoir accès aux informations ou dénoncer le dit contrat. Les Hollandais ont toujours été de redoutables hommes d'affaires et je devais toucher 12 centimes (de francs) par carte vendue.

De guerre lasse, je laissais tomber l'histoire et reçu un jour un chèque de 50 florins pour tous les droits internationaux de mes cartes vendues. Le florin étant équivalant à trois francs, il s'agissait donc d'une somme mirifique de cent-cinquante francs. Je déposais le chèque et ma banque me prit cent-quarante-quatre francs de commission fixe. Il me restait donc environ six francs de cette merveilleuse aventure internationale.

C'est à partir de ce jour que me prit l'envie de ne dépendre de personne. Je commençais à publier mes propres livres, même si plus tard des éditeurs s'intéressèrent à mes écrits et surtout j'édite mes propres cartes postales.

Certes, je ne ferai jamais fortune, mais au moins l'argent rapporté va directement dans ma poche.

Je les vends 2€ pièce, mais propose des tarifs dégressifs et les frais de port gratuit à partir de 5 cartes achetées :

5 cartes = 10 €

10 cartes = 20 € + 1 gratuite de votre choix

la collection complète de 24 cartes = 45 €

 

Si vous êtes intéressé : xavier.laupretre@free.fr

18 février 2018

Attente

LaurieL1

C'est en postant cette photo sur instagram ce matin que je me suis fait la remarque en mon for intérieur que je photographiais souvent des femmes qui attendaient.

Astrid1

anne-elise

Sab28

Oriane18

Laura-Ly9

Cynthia4

AS4

AudreyC4

Charlene3

Chloé6

Un jour même, à Deauville, j'avais photographié discrètement une femme qui attendait probablement son amoureux à une exposition. J'avais d'ailleurs fait un montage photo qui s'intitulait "Attente".

Attente

Mais elles attendent quoi ?

- "Réfléchissez là-dessus. Nous en parlerons à la prochaine séance. A la semaine prochaine."

- "Merci Docteur."  ;-)


13 janvier 2018

Rébus

Bonne année.

IMG_20180101_153945_775

Posté par xap_L à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2017

Faire le point.

Même si j'ai peu écrit sur ce blog cette année 2017, je vais faire comme chaque fin d'année, une sorte de petit bilan personnel. J'ai fait peu de photos et peu écrit cette année, mais par contre pas mal filmé avec l'ami Nicolas pour un domaine à Chablis et la réalisation de deux webdocumentaires :

http://germinalwebdoc.com/ 

http://2larecyclerie.fr/

Je suis toujours sur un manuscrit commencé en 2008 et qui avance à petits pas, mais avance tout de même.

 

exposition Assemblage

En photographie, j'ai surtout fait du nu pour l'exposition "Assemblage" avec l'ami Franck Gilbert à la galerie des Créacteurs. J'en profite d'ailleurs pour remercier mes modèles qui me font confiance et qui me suivent dans mes idées parfois farfelues.

Donc voici le bilan photographique de l'année en 12 photographies :

 

Laëtitia

Tatoodelange

 

femmeàLunettes2

L'évidente-certitude

 

Bellesjambes2

evolutiondelafemme

Robe

cheveuxauvent

LP2

lesboules

LP8

Eva1

 

01 novembre 2017

Ethnologie de bar

IMG_20171101_020509_724

Cela faisait longtemps que je n’étais pas sorti et mon amie Flore, tout excitée, criait dans la voiture : « on sort en ville, on sort en ville… ».

Il faut dire qu’il nous en faut peu, quand on vit comme nous en Puisaye profonde.

La soirée s’annonçait bien et les petits groupes de vampires et de zombis dans les rues nous rappelaient que c’était la soirée d’Halloween, chose que nous avions totalement oubliée.

Nous nous sommes arrêtés dans un premier bar, très, très calme avant d’être rejoints par des amis. L’ambiance y était morose et d’un commun accord, nous sommes partis vers un bar plus « branché » (si ce terme n’est pas trop désuet).

« Chez Max » était bondé et mon premier reflex aurait été de fuir en ours mal léché poyaudin (ceux qui habite la Puisaye) si j’avais été seul. Mais j’étais accompagné d’amis, jeunes de surcroît, je n’allais pas faire mon vieux con, d’autant plus qu’il y en avait d’autres à l’intérieur…

 

C’était une soirée concert/karaoké où les chanteurs, chanteuses et musiciens se relayaient pour interpréter inégalement des succès sans en avoir pour autant. Heureusement un trio de choc (basse, batterie, guitare) assurait derrière avec un second guitariste (chant & harmonica) très au-dessus des autres.

L’ambiance était bon enfant et les gens pas trop saouls, à part un Tahitien déjà croisé devant le premier bar, qui essayait vainement de parler avec des femmes et qui un moment me dit à l’oreille : « J’ai une question. D’après toi, qui c’est qui gagne dans un combat de chiens entre un pit-bull et un bull-terrier ? »

Mais il n’attendit pas ma réponse, se rendant sans doute compte que je n’étais pas une femme ou en apercevant une esseulée plus loin.

Une jolie femme très pouponnée « caniche » vint saluer mes amis, mais pas moi sans doute transparent. Pendant la discussion Flore tira sur le décolleté de la fille pour faire apparaître un tatouage ethnique entre les seins. Devant mon air étonné, la femme me le remontra et me dit qu’elle l’avait fait faire jeune et qu’elle ne pouvait pas le faire recouvrir. La bonne nouvelle, c’est que je n’étais plus transparent. Elle se plaignait de devoir aller à un anniversaire sans y avoir envie et partit.

Un jeune homme avait mis des lentilles assez intrigantes qui lui faisaient un regard entre le junky et le vampire. Il en jouait beaucoup et avec un certain succès.

En buvant ma (mes) bière, j’observais autour de moi les looks, comme j’en avais pris l’habitude jeune, quand je traînais aux Halles.

Les hommes, surtout trentenaires, avaient tous le même blouson matelassé noir ou bleu marine et les femmes la même veste en cuir noir sans col, souvent habillées à l’identique entre copines. C’en était presque drôle.

Flore ajouta perfide : « En général, elles ont un ou deux ans de retard sur la mode de Paris. »

Mais comme je ne sais plus quelle est la mode à Paris, je ne pouvais pas me rendre compte.

Une certaine Julie, que semblaient connaître mes amis, tentait des approches avec sa copine auprès d’hommes potentiellement seuls. La conversation battait son plein :

« J’ai 23 ans. Et moi 26… » répondait le jeune homme. Puis, elle fit une vidéo de l’ensemble du bar en haut des escaliers où j’étais, m’impliquant dedans. À l’heure qu’il est, je dois être sur snapchat…

Au bout de plusieurs bières, j’eus envie de rentrer, mais Flore voulait aller en boîte de nuit. Finalement après quelques négociations, je la ramenais chez elle, dormant pliée sur sa ceinture de sécurité.

 

Bref, j’avais passé une soirée en ville…IMG_20171101_020509_727

Posté par xap_L à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 septembre 2017

Tous à Toucy.

SEGPA

Hier, c’était le vernissage/inauguration du travail photographique que j’avais fait avec les élèves de la 5e A du collège Pierre Larousse de Toucy avant les grandes vacances. Quelques parents avaient rejoint l’équipe pédagogique du SEGPA et les élus, dont Michel Kotovtchikhine le maire de Toucy qui nous a bien soutenus sur ce projet (ainsi que le Conseil départemental de l'Yonne et la communauté de communes Coeur de Puisaye).

Avec 16 montages photographiques, les jeunes ont réalisé un superbe travail dont ils pouvaient être fiers. Et j’étais également fier pour eux.

architecture

canards

chemins

église-intérieur1

église2

escaliers

escart

murs

natureA

Ombre-et-reflet

Pan-Collège1

PierreLarousse

ville-campagne

vue-d'en-haut

wagons

Posté par xap_L à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 septembre 2017

Aller bien.

arc-en-ciel

 

Comment ça va, vous ? L’expression d’origine moyenâgeuse, est simplement le questionnement de savoir si vous allez à la selle, en deux mots si vous faites de beaux cacas, synonyme de bonne santé. D’ailleurs en anglais, l’expression équivalente est « how do you do ? » est-ce que vous faites bien (caca) ?

 Personnellement je vais bien, merci.

 Pourquoi je vous demande si ça va ? J’ai eu cette idée justement sur le pot. J’ai pensé à tous ces gens qui ne vont pas bien, qui ont des tracas, des ennuis, qui s’inquiètent. Je me suis dit qu’on ne leur facilitait pas la tâche et j’ai réfléchi. En fait, je me suis dit que non, c’était l’inverse, on leur facilitait beaucoup la tâche.

 

Les nouvelles anxiogènes

 Depuis des années je n’ai plus la télévision et je n’écoute pratiquement plus la radio, hormis sur les longs trajets en voiture. Cela veut dire concrètement que j’évite les 90 % de mauvaises nouvelles par jour. Certes, s’il y a un attentat ou la mort d’une vedette, je ne le sais pas à la minute, et encore si je ne suis pas sur les réseaux sociaux. Adieu breaking news, alerte attentat et autres catastrophes… Certains peuvent me rétorquer que je ne suis pas informé. Oui, et alors ? Cela a changé ma vie positivement. Je suis calme et détendu dès le matin avant même de faire mon « tai qi quan » quotidien, quand d’autres s’angoissent sur BFMTV en boucle.

 

We are the champions of… anxiolytiques

 Difficile d’avoir une information fiable sur la consommation d’antidépresseurs et d’anxiolytiques en France. Pour certains médias, nous sommes les champions du monde ou d’Europe, pour d’autres loin derrière l’Islande et juste après l’Allemagne. Ce qui est certain, c’est qu’un Français sur quatre environ en consomme. (Soit 48,9 millions de boîtes remboursées en 2015 par la Sécurité sociale). C’est une bonne nouvelle, on veille sur vous. Vous pouvez aller mal comme bon vous semble, l’État allié aux lobbys pharmaceutiques a la solution avec ses pilules de couleur.

 

Quand la santé va, tout va…

 Comme il le fait en soignant les cancers donnés par les mêmes firmes chimiques qui vous enjoignent à consommer cinq fruits et légumes remplis de mollécules cancérigènes bons pour votre santé. On n’arrête pas le progrès…

Manger et cuisiner sainement est également une source de bonheur que je ne soupçonnais pas plus jeune.

 

Les amis, les amours mais pas les emmerdes.

Autre source de bonheur : les amis. Dans cette vidéo, l’université d’Harvard a fait une enquête sur 75 ans montrant que le bonheur, c’est l’interaction avec les autres. Dieu bénit mes amis. Ils sont toujours là quand il faut.

Et les amours ? L’homme est fait pour ça. Pour aimer, pour faire l’amour, pour baiser… (d’ailleurs perso, cela commence à faire un moment, si jamais une bonne âme… Enfin bref !)

 

Alors, comment allez-vous ?

Posté par xap_L à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]